• Mardi c'est poésie

    Mardi  c'est poésie

    Le mardi c'est un poéme

     par nous choisit

     chez  L 'amie  Lady Marianne

     le thème proposé  par Colette  du Québec

    est l 'ivresse , ou  sujet libre

     je choisit  L 'ivresse

    avec un poéme de  Tristan Corbiére

    Mardi  c'est poésie c'est   Roscoff

     

    ************************

    La cigale  et le poéte

     Tristan Corbiére 

    Le poéte  ayant chanté

    déchanté

    vit sa Muse. presque bue .

    rouler en bas de sa nue

    de cartons sur des  lambeaux?

    de papiers et d 'oripeaux .

    Il alla collé sa mine

    aux carreaux de sa voisine

    pour lui peindre  ses regrets

    D'avoir  fait :oh pas exprès !

    son honteux monstre de livre !...

    Mais vous étiez donc  bien ivre ?

    -ivre de vous !...est -ce mal ?

    -écrivain public banal

    qui pouvait si bien le dire ...

    et si bien ne pas l 'écrire

    j 'y pensais en revenant

    On n 'est pas parfait, Marcelle ...

    -Oh !c'est tout comme dit -Elle

    Et si vous chantiez,  maintenant !

     Tristan Corbière  les amours jaunes 1873

    ******

     Quelques mots sur ce poéte

     

    Édouard-Joachim Corbière, dit Tristan Corbière, né le 18 juillet 1845

    au manoir de Coat-Congar à Morlaix (Finistère)

    et mort le 1er mars 1875 à Morlaix, est un poète français.

    Il est né de l’union d’Édouard Corbière et d’Angélique Aspasie Puyo

    que 33 ans séparent : à sa naissance, son père est âgé de 52 ans, et sa mère de 19.

    Après une enfance passée sans histoire dans le manoir du Launay,

    Tristan est envoyé à l’âge de 14 ans en pension au lycée impérial de Saint-Brieuc.

    C’est à cette époque qu’il commence à souffrir du rhumatisme articulaire

    qui lui gâchera l’existence et qui aura raison de lui. Son état de santé s’aggravant,

    il doit quitter Saint-Brieuc l’année suivante pour rejoindre son oncle médecin établi à Nantes.

    Il entre au lycée de Nantes en qualité d’externe.

    Deux ans plus tard, son état de santé l’oblige à cesser ses études.

    Commence alors une vie de marginal ;

    il voyage dans le sud de la France, où il lit les œuvres de Hugo, de Baudelaire, de Musset.

    Il s’installe ensuite à Roscoff, en Bretagne, dans une maison que possèdent ses parents.

    Les habitants du village le surnomment l’« Ankou », c’est-à-dire le spectre de la mort,

    en raison de sa maigreur et de son allure disloquée.

    Il aime prendre la mer sur son bateau, « Le Négrier »

    (titre du plus célèbre roman de son père) Edouard  Corbiére

    et se livre à quelques excentricités.

    Il s’amuse un jour à se déguiser en forçat,

    en femme ou en mendiant,

    l’autre à se raser les sourcils ou bien encore, alors qu’il est en visite à Rome,

    à traîner un porc en laisse déguisé en évêque lors du carnaval auquel assiste le pape.

    C’est ainsi que s’écoulent ses jours,

    jusqu’à sa rencontre avec une petite actrice parisienne

    que Corbière se plaît à appeler Marcelle, de son vrai nom Armida Josefina Cuchiani ;

    elle devient sa muse.

    Délaissant son prénom d’état-civil, Édouard-Joachim,

    pour prendre celui, plus évocateur,

    de Tristan (pour TRISTE EN CORPS BIÈRE),

    il fait paraître à compte d’auteur en 1873 son unique recueil de poèmes,

    « Les Amours jaunes », qui passe inaperçu. Corbière, qui ne connut aucun succès de son vivant,

    sera révélé de manière posthume par Verlaine

     A Morlaix , il y à un lycée Tristan Corbiére ,

    et l 'ancienne  bibliothèque  porte le nom   ( les amours jaunes )

    il y à toujours le manoir ou il est né    

    à Roscoff c'est une Figure ..

    un timbre poste  à son honneur

     photo du net  

     

     

     

    « nos plantes mercredi expressions Françaises »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    24
    Mercredi 30 Janvier à 20:52

    Un poème brodé d'une intense musicalité

    Un excellent choix, une présentation qui rend hommage à ce grand poète

    Merci pour les pensées que tu m'avais adressées, je suis très en retard dans mes messages et visites, avec mes yeux c'est compliqué... mais le coeur y est!

    Je te souhaite une année 2019 riche d'une multitude de petits bonheurs qui soufflent de la poésie dans nos vies et surtout la santé, la meilleure possible, tout au long de l'année

    Bonne soirée et des bises poétiques

    Cendrine

    23
    Mo
    Mardi 29 Janvier à 20:14
    Mo

    Bonsoir Monica,

    tu m'en apprends des choses...

    Je connais maintenant, grâce à toi, Tristan Corbière.

    Kénavo

    Mo

    22
    Mardi 29 Janvier à 17:10
    colettedc

    Magnifique choix Monica !

    J'♥ beaucoup, beaucoup !!!

    Bonne et belle poursuite de ce mardi !

    Amitiés♥

    21
    Mardi 29 Janvier à 15:37
    LADY MARIANNE

    ha c'est la cigale et le poète !! pas la fourmi -
    le pauvre enfant comme il a souffert-- je comprends qu'il fasse le pitre-- la douleur à force
    dommage pour sa reconnaissance seulement posthume- comme certains peintres-
    une très belle découverte- j'ai apprécié- merci-
    bisous-

    20
    Mardi 29 Janvier à 14:49
    renee

    J'aime beaucoup cette découverte Monica merci donc de l'avoir soumis. Bises

    19
    Mardi 29 Janvier à 14:42

    Salut,

    Super ce poème et même original.
    On a un temps froid idéal pour la neige mais toujours pas de flocons.
    Bonne journée

    18
    Mardi 29 Janvier à 12:13

    Ce que je retiens, c'est le prix du timbre poste qui représente 4,92 francs alors qu'il était à 2,30 francs avant le passage à l'euro.

    Bonne récitation !

    17
    Mardi 29 Janvier à 11:18

    Jusqu'à mes 5 ans, je passais tous mes mois de juillet à Roscoff. 'étais trop petite pour connaitre cette figure locale.

    16
    Mardi 29 Janvier à 10:25

    Je ne le connaissais pas, Monica! C'est un poète, oui mais de la tristesse!

    Comment vouloir qu'il soit autrement avec une vie comme la sienne!

    merci de lui redonner un peu de lumière!

    Bises ma Bretonne

    Gigi

    15
    Mardi 29 Janvier à 09:46

    Bonjour Monica.

    Merci pour ta gentille visite.

    Il est bizarre ton poème. Il a été revisité?

    Je l'ai lu sur ce site.

    Ça n'est pas le même peut-être...

    Celui-là s'appelle "Le poète et la cigale".

    Passe une bonne journée.

    Kenavo, Michel

     

    14
    Mardi 29 Janvier à 09:40
    Josette

    c'est beau Monica... je ne m'étais jamais plongée dans la biographie de Tristan Corbière  je le relirai avec un oeil nouveau

    Kénavo

    13
    Mardi 29 Janvier à 09:18

    je ne le connaissais pas

    JP

    12
    Mardi 29 Janvier à 09:11

    Bonjour Monica, j'ai pourtant été à Roscoff mais je n'ai pas fait attention à ce poète?

    Comme quoi il faut venir plusieurs fois dans une ville.

    Je te souhaite une belle journée malgré la tempête annoncée.

    Bisous.

    11
    Mardi 29 Janvier à 08:56
    francinea

    Bonjour, une découverte  ce poète, et une belle revisite de la fable; c'était un sacré personnage, je te souhaite une bonne journée, bisous

    10
    Mardi 29 Janvier à 08:55

    Bonjour

    merci de nous enivrer de cette poesie

    poete peu connu, merci de le rendre connu pour nous, triste petite vie qu'il a vecue par sa maladie

    9
    Mardi 29 Janvier à 08:35

    Je ne connais pas ce poète. Corbière est pour moi une région toute proche, connue pour son vin :D  En lisant son poème je croyais lire la cigale et la fourmi ? Sa mauvaise santé excusait ses excès . Bravo , tu as toujours des découvertes étonnantes !  Bon mardi Monica  Bises

    8
    Mardi 29 Janvier à 08:16

    Un magnifique poème que je ne connaissais pas Monica. Tu me ravis avec cette photo du clocher de notre dame de Croaz Batz.

    Bises et bon mardi

    7
    Mardi 29 Janvier à 07:50

    Bonjour Monica.

    Ciel dégagé et une lune bien brillante; ça gèle juste.

    Pas de chant de cigale mais ça va venir lorsqu'il fera 25°C.

    Gilbert

    6
    Mardi 29 Janvier à 07:21

    Bonjour Monica
    je ne connaissais pas ce poète ,je le découvre ,merci
    -2° sous un ciel nuageux
     je te souhaite une agréable journée
    bisous

    5
    Mardi 29 Janvier à 06:58

    Hello Monica

    Ca devient difficile d'être pauvre.....si en plus une ragazza italienne te met le grappin.

    bizz

    Pat

    4
    Mardi 29 Janvier à 06:56

    J'adore ce style bravo à toi d'avoir trouvé ce POète !

    Bisous !

    3
    Mardi 29 Janvier à 06:08

    et  bien le pauvre  n' a pas eu de  chance côté santé, on peut  lui pardonner  ses excentricités !

     Passe une bonne  journée

     Bisous

    2
    Mardi 29 Janvier à 00:46
    Bonjour Monica cela ressemble a un plagia de lafontaine désolé trois mauvaise réponses, tu n'a pas bien compris les questions Avec amitiés René de Chine
    1
    Mardi 29 Janvier à 00:24

    Pas sans rappeler une certaine fable, merci Monica, douce journée, bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :